Le golfe du Morbihan

Sept filles, trois garçons dans le Golfe du Morbihan

photo

Notre aventure débute par une séance pratique avec Aldéric pour apprendre à démonter les bateaux pour le transport, les attacher sur la remorque et vérifier le matériel ; un apprentissage rapide que notre petit groupe fait de bonne humeur. Quelques tours de sangles plus tard, tout est fin prêt pour le grand départ. Certes, les bateaux sont splendides avec leur pointe repeinte mais c'est sans compter la prise électrique de la remorque qui a décidé de nous jouer des tours... malgré le temps passé par Gaylord à y user ses nerfs. Une fois réparée, nous partons et après 6 heures de route (c'est loin le Morbihan...) nous sommes enfin au Pays des Elfes et autres Fées. Nuit rapide dans un camping amélioré, queue au petit déj et départ pour cette première journée. Le parking est étroit mais tout le monde s'attèle à décharger rapidement les bateaux de la remorque pour les préparer. Excitation et suspense sont au rendez-vous. Après le briefing, le moment est venu de partir : 500 m à pied à porter les bateaux et mise à l'eau à partir d'une plage. C'est loin d'être académique mais ça marche tout de même assez bien. Fins prêts dans notre bateau et mouillés jusqu'aux cuisses mais heureux d'être là et de partir à la découverte du Golfe. La mer nous impressionne car mine de rien, ça bouge plus que sur le canal. Après quelques vagues bien mouillées (étrange), arrêt sur une île déserte pour le déjeuner. Bain pour certains, repos pour d'autres et l'après-midi revient vite avec son départ, ses courants (bien négociés, soit dit en passant la barreuse était exceptionnelle), son arrivée en grande pompe sur notre lieu de départ : la Presqu'île de Conleau Pot offert par le club de Vannes ; huîtres et vin blanc nous mettent en condition pour porter les bateaux, les redémonter et les replacer sur la remorque. La soirée passe vite entre le pot pris au bord de la mer (encore...), les diversions digestives de "certaines", la queue aux douches, (normal, il n'y a que 4 douches pour 200 rameurs), la soirée continue en chansons et dans une ambiance bonne enfant avec un dîner bien mérité. Nuit encore plus courte que la précédente, queue au petit déj et de nouveau le départ. Cette fois nous sommes bon derniers, la route n'est pas très Claire mais nous arrivons tout de même à la pointe de Berchis, loin, très loin de notre lieu d'embarquement. Repréparation des bateaux, briefing, nous faisons jouer la solidarité car la distance et l'accès à la plage sont difficiles. Vive les chariots...

photo

Départ en douceur en nous méfiant des courants, puis ballade sur une mer beaucoup plus calme que la veille. Arrêt au port du Bono pour prendre le départ de "la Patache", course de 3000 m, incluse dans le programme. Tout le monde a envie d'y participer, les plus impatients se trompent en même temps que des équipages redoutables (physiquement) et ratent le départ. Le second équipage, quant à lui, se prépare à vivre ce grand moment. Départ arrêté en ligne, il faut barrer serré pour se faire une place, partir dans les premiers pour négocier au mieux les méandres et la petite largeur de la rivière d'Auray. Sueur et encouragements sont de mise et le pont matérialisant la fin, arrive enfin au grand soulagement des jambes de tous mais avec le bonheur d'avoir réussi notre challenge : doubler un équipage de filles. Arrimage des bateaux au ponton du port de St Goustan, visite et farniente et nous voilà repartis. Retour tranquille mais la fatigue commence à se faire sentir. Notre petite plage en pente se fait attendre ; il faut reporter les bateaux. Bizarre, ils sont plus lourds que d'habitude : le chariot est de nouveau très apprécié. Avec une méticulosité peu commune, tout le monde participe activement et ce, malgré la fatigue bien présente, au démontage et rangement des bateaux sur la remorque. Le week-end se termine avec une dernière fois la queue aux douches, un repas bien apprécié et un problème électrique qui persiste. Heureusement, nos hommes sont là et tout repart dans l'ordre pour 6 nouvelles heures de route : ça nous donne un peu de temps pour atterrir et nous remémorer tous ces bons moments passés ensemble sous le soleil et dans un cadre magnifique, en compagnie de 40 équipages venus de toute la France. Merci au club de Vannes qui nous a guidés sur l'eau et dont la présence ne s'est jamais démentie (et pour ses Tshirt souvenir aussi). Un week-end qui a filé rapidement dans la joie et la bonne humeur et que tous sont prêts à recommencer. Là-bas ou ailleurs.

photo

1er jour : tour de l'île au Moines et de l'île d'Arz (27 km)
2ème jour : Rivière d'Auray (20 km dont 3000 m course "la Patache"

Mylène, Christine, Cécile, Claire, Nadia, Sophie, Michelle et trois hommes courageux : Franck, Stéphane et Jean-François.

pour nous contacter : avironcaen.gestion@wanadoo.fr - tél : 02 31 93 36 14